SCRED RADIO
block

image1

Lieu > New Morning : Scred Festival 2

Le Dimanche 15 Janvier 2017 est définitivement une date à retenir pour tous les fidèles du rap français. Après le florilège de fêtes qui marquent l’achèvement et le début de l’année, le fin amateur de bon hip-hop pouvait jouer les prolongations rue des Petites Écuries dans le 10e arrondissement de Paris, et s’y rassasier de mets servis par les plus grands chefs étoilés du Rap Français.

Le Scred Festival pour seulement sa 2e édition semble être déjà devenu un événement phare et incontournable du milieu hip-hop. La Scred Connexion dit la Scred, le collectif à l’origine du projet, frappe par la simplicité de son message et son acharnement à être à la hauteur de ce mantra culte « Jamais dans la tendance, toujours dans la bonne direction ». Quand la parole devient acte, quand elle se traduit par des faits, des MCs, des beatmakers, des figures légendaires inscrites au dos des vinyles, cela donne l’impression d’avoir participé à un « truc », à une nuit historique.

Devant le New Morning il y a foule, pourtant nous sommes un dimanche, en fin de journée sous une pluie froide et incessante et la température avoisine le zéro. Ce n’est apparemment pas l’ouverture d’un nouveau Starbuck. Les fidèles sont plutôt à la bière forte, fument des roulées plus ou moins suspectes et préfèrent la capuche au parapluie, certains parachèvent la mode avec des enceintes de musique sous les blousons. D’autres cherchent désespérément le ticket d’or pour franchir l’enceinte au long corridor rouge, où va se dérouler dans quelques minutes, les dernières heures d’un festival rap unique en son genre, qui aura mêlé, 3 jours durant ; expositions photo, battles de danses, concerts, live grafitti et théâtre hip-hop pour enfant.

Entre les murs du rap.

Rares sont les concerts où on en ressort grandis, où le plaisir, la nostalgie se mêlent subtilement à l’apprentissage et à la découverte, et cette nuit du dimanche 15 Janvier 2017 en fait partie. Au-delà d’une affiche affolante sur le papier : Opening de Dj Deenasty, arrivée de la Scred avec Koma, Mokless et Haroun, enchaînement sur Expression Direkt et les frères jumeaux 2Bal 2 Neg, suivie de l’inépuisable Don Choa et de DJ Djel (Fonky Familly), Dadoo (KDD) , Specta (Syan Supa Crew), 3e Oeil, Mac Tyer (Tandem), le New-yorkais Jeru The Damaja connu entre autres pour ses collaborations avec le crew mythique Gangstar, le tout ambiancé ni plus ni moins que par Lion Scott, et saupoudré par les apparitions fantasques d’EJM #l’élémentdangereux #leparraindufestival. Il y avait un élément en plus, situé quelque part entre la générosité des artistes et le respect des fans, cette impression d’être en cohésion et d’être avec les siens, de vibrer d’un seul corps dans cette grande famille multiple qu’est le hip-hop.

Le Morning s’est soudainement transformé en véritable time machine en plein cœur de Paris, où l’auditeur/spectateur avait fort à faire pour suivre le rythme effréné de la line up imposé par les méticuleux membres de la Connexion. Plus de 7 heures de sons, tous les titres emblématiques de chaque artistes seront interprétés, les uns après les autres, année après année, touche après touche sur le pad, le visage du rap se dessine en live sous nos yeux, sa mode évolue, son parler change, mais sa passion reste intacte, et pourrait s’illustrer par le puissant hommage d’un des membres d’Expression Direkt à sa fille de 20 ans présente ce soir-là dans le publique. En effet au même âge, il composait le son qu’il interprète aujourd’hui pour elle.

Cette sensation de chronologie éducative, fait échos à l’exposition qui se tenait deux jours plutôt au Centre Culturel FGO Barbara, où les curieux étaient invités à une rétrospective de l’histoire du rap français de 1989 à aujourd’hui.

En bref, on apprend avant le concert, pendant et après, l’éducation étant le fer de lance d’un individu libre car conscient de ses choix, réussir ce tour de force dans la musique permet l’émergence d’un esprit plus critique, et l’apparition d’un publique mais aussi d’artistes plus avisés quant à leurs habitudes d’écoutes.

« Parlons de ce qui ne vas pas et de comment passer à l’action » (dixit la Scred…)

Bihoy