Publicité
block

La Scred a voulu recueillir l’avis de ses Scred auditeurs entre les deux tours de l’élection présidentielle.

Allison, Léa et Billal ont gentiment accepté de répondre à nos questions.

Allison, 25 ans (66)

S: As-tu voté pour le premier tour de cette élection présidentielle qui s’est déroulée dimanche dernier le 23 avril 2017 ?
A: Absolument pas ! Je ne suis jamais allée voter, je ne me suis jamais inscrite sur aucune liste électorale que ce soit à Perpignan, ou à Paris.

S: Est-ce par choix politique ou par non intérêt ?
A: Oui, c’est par choix politique voir « anti-politique » (de façon passive et non militante) et je ne porte aucun intérêt à ceux qui se présentent ainsi qu’à leur programme.

S: Dernièrement, Marine Le Pen a déclaré sur plusieurs chaînes d’informations en continue suite à sa qualification pour le second tour  « Compter sur les abstentionnistes », penses-tu avoir une réelle responsabilité en cas de victoire du FN au soir du 7 mai.
A : Pour moi  être abstentionniste c’est un choix politique avant tout, parce que je ne suis pas d’accord avec ce qu’ils proposent, et bien souvent quand ils ont un « programme » ils le mettent rarement à exécution. De plus j’aurai la même responsabilité que ce soit pour une victoire de Le Pen ou Macron.

S: Si tu étais Maman, inciterais-tu tes enfants à accomplir leur « devoir de citoyen » ?
A: Non je leur laisserais libre choix, ils sauront que c’est un droit que nos ancêtres se sont battus pour, comme par exemple le droit de vote des Femmes en 1944. Mais en ce qui me concerne, mes parents m’ont vivement incitée à m’inscrire sur les listes électorales et d’aller voter .

S: Tu viens des Pyrénées Orientales Allison, une terre souvent acquise au Front National, ils ont d’ailleurs dépassé 30% des voix lors du 1er tour, comment le ressens-tu ?
A: Je pense que les personnes qui n’habitent pas de grandes villes comme Perpignan sont pas mal conservatrices, comparer à Paris l’ouverture d’esprit si je puis dire est moins flagrante qu’ici, les mentalités ne sont pas les mêmes. Pas qu’elles soient moins bonnes, mais juste différentes, cela reste une petite ville et ils se réfèrent pas mal à la télévision, un genre de lobotomie cérébrale. Ils doivent penser que voter FN c’est le changement, après avoir tenté la gauche, puis la droite, sans succès, les gens s’essayent aux extrêmes. Après je ne suis pas eux, et j’essaie de te donner une probable explication, mais pas sûr que ce soit ça.

S: Emmanuel Macron représente-t-il un changement réel , de par son âge et son « inexpérience » politique ?
A: Entre la finance de Macron (Rothschild) et le dit racisme de Le Pen, il n’y a pas de bon choix à faire.

S: Tout à l’heure on a parlé du droit de vote, à la phrase «Tu sais qu’il y a des gens qui sont morts pour ça, que réponds-tu ? »
A: Que je respecte plus les anciens en allant pas voter, pour des gens qui ne respectent pas leur programmes.

Léa, 17 ans (93)

S: As-tu suivi de près les élections ?
L: Non, pas du tout. La politique pourrait m’intéresser mais pas dans ces conditions. Ça n’a jamais vraiment marché. On te demande de choisir entre 11 candidats, mais je ne vois pas ce qu’il pourrait en découler de bon. Le système reste exactement le même et sans changement !

S: Mélanchon a réalisé 27% dans ta banlieue et a été particulièrement apprécié par les jeunes. Que penses-tu de ce candidat ?
L: C’est vrai, Mélanchon a fait forte impression chez les jeunes. J’ai notamment pleins d’amis qui s’y sont intéressés, et se sont même motivés à coller des affiches. Mais on a l’impression qu’il s’agissait d’une mode, comme si on s’y intéressait, un peu comme une nouvelle star de la télévision.

S: Si tu avais pu, est-ce que tu aurais voté ?
L: Si j’avais la carte d’électeur, je n’aurais sans doute voté pour aucun des candidats. On choisit quelqu’un qui va tout diriger mais on vote par dépit et non par adhésion. On vote pour ce faire croire qu’on a le choix.

S: Penses-tu que le FN a une chance de passer au second tour ?
L: On a souvent dit, à chaque élection qu’elle pourrait passer, aujourd’hui je n’en sais rien. On est entre deux, même s’il y a de la mobilisation, le vote risque de se faire encore par dépit.

Billal, 39 ans (94)

S: As-tu voté ?
B: Oui c’est la seconde fois que je vote.

S: Pourquoi t’es tu mobilisé pour cette élection en particulier?
B: Parce-que Mélanchon  proposait la 6ième république, son idée de tout dégager ainsi que le référendum m’ont bien plu.

S: Est-tu déçu des résultats du premier tour au vu de la 3ieme place de ton candidat ?
B: Je ne le voyais pas gagner mais je le voyais bien au second tour.

S: As-tu regretté qu’il n’y ait pas eu d’alliance entre Benoit Hamon et J-L Mélanchon pour présenter un candidat de la gauche ?
B: Les deux candidats auraient du faire des concessions, ils auraient du s’arranger, même s’ils ne sont pas toujours d’accord. Ils auraient du prendre la responsabilité de présenter un candidat de gauche après l ‘échappé de Mélanchon, donc logiquement c’était à Hamon de faire le premier pas. En fait c’est toute la gauche qui aurait du faire des concessions, de Philippe Poutou en passant par Nathalie Arthaud.

S: Pour toi c’est la fin des grands partis traditionnels droite et gauche ?
B: Non, cela marque juste la fin de la gauche. Si tu regardes à droite, ils ont été assez solidaires en soutenant leurs candidats François Fillon, quand Manuel Valls a trahi sa parole donnée en appelant à voter Emmanuel Macron.

S: A ton avis, est-ce qu’il y a un paradoxe des électeurs français qui souhaitent du changement mais qui pourtant maintiennent toujours les mêmes au pouvoir ?
B: J’étais plus surpris de voir Fillon 3ième que Macron et Le Pen gagner le premier tour. S’il n’y avait pas eu tout ce tapage médiatique autour des affaires de l’ex premier ministre, il aurait été qualifié pour le second tour.

S: Comme tous les responsables politiques dernièrement, qui ont été amenés à se positionner, Billal si tu étais l’un d’eux, quelles seraient tes consignes de vote pour le second tour ?
S: J’appellerais à voter Blanc !

C: Deux grandes orientations différencient les deux candidats, la sortie ou non de l’Union Européenne, qu’elle est ton opinion sur le sujet ?
B: Il faut sortir de l’UE, quand tu es dans l’UE, tu décides de rien, c’est Bruxelles qui décide à ta place, du coup tu votes pour des pantins.

S: Pourtant, à la base c’était une structure mise en place pour éviter l’hécatombe d’une 3ième guerre mondiale?
B: Aujourd’hui, on a l’impression que c’est L’OTAN et l’UE qui nous mènent à la guerre. Il y a deux poids deux mesures en fonction des pays. Par exemple, lorsque les USA attaquent l’Irak (car elle posséderait des armes de destruction massive), ils n’attendent aucun feu vert de L’OTAN ni de l’ONU, et le seul à s’être opposé à l’époque c’était J.Chirac.

S: Ton mot de la fin Billal ?
B: Après l’échec des urnes, je pense que le réel changement se fera dans la rue!  Je n’irai donc plus voter!

Encore merci à Allison, Léa et Billal de leurs participations, à bientôt sur la Scred Radio!
Soyez nombreux à réagir et à partager sur nos réseaux sociaux. [Scred Connexion]