« JAMAIS DANS LA TENDANCE MAIS TOUJOURS DANS LA BONNE DIRECTION »

Originaire du quartier cosmopolite de Barbès, dans le 18e arrondissement de Paris, la Scred Connexion (« Scred » est le verlan de « Discret ») est composée de Koma, Morad, Mokless et Haroun. Quatre lyricistes, qui se distinguent par leurs textes engagés et par des valeurs qui tiennent en une devise :
« Jamais dans la tendance, mais toujours dans la bonne direction ».
Peu exposée médiatiquement – pas grave, le bouche à oreille compense – la Scred a toujours emprunté l’itinéraire bis, en marge des majors et des radios dominantes. Fer de lance du hip-hop français indépendant, le collectif s’adresse à tous les publics et donne depuis toujours sa priorité à la cohérence de son message, à la scène et donc, à l’engagement.
Depuis des années, il anime un peu partout en France des ateliers d’écriture avec des jeunes, multiplie les dates en prison et s’attèle à soutenir de nombreuses causes, du droit au logement à la lutte contre la percée de l’extrême-droite. La Scred, c’est une histoire qui dure depuis maintenant plus d’une quinzaine d’années et qui continue de s’écrire, sans faire de bruit.

« LE PLUS CONNU DES GROUPES INCONNUS »

Les dates clés
1994. Fabe s’installe à Barbès, où il rencontre Koma. Très vite, les deux rappeurs deviennent inséparables. Ils enchaînent les scènes, écument les studios de radios parisiennes hip-hop comme Génération 88.2, F.P.P ou Nova et posent sur de nombreuses mixtapes.
1996. Le terme « Scred » est utilisé pour la première fois dans le premier mini-album de Koma – « Tout est calculé » – qui coincide avec la création d’un label indépendant, «Scred Prod». Morad est invité pour le morceau « La vie de quartier ». Le début d’un trio.
1998. Un trio qui devient quintette, à l’occasion de la compilation « Opération Freestyle », produite par Cut Killer. Mokless et Haroun rejoignent Fabe, Koma et Morad et signent le titre « Scred Connexion », qui marque la naissance du collectif. Parmi les premiers projets estampillés « Scred Connex » », un premier maxi deux titres, « Partis de rien / Tranchant ».

1999. Koma sort son premier album solo, « Le Réveil ». On y retrouve l’ensemble du collectif, aussi bien au micro qu’à la réalisation, puisque Haroun produira quelques titres, dont le classique « Loin des rêves ».
2000. Fabe décide d’arrêter le rap, quelques mois après son quatrième album solo, « La rage de dire ». Néanmoins, la Scred ne met pas la clé sous la porte et sort « Scred Selexion 1″. Une compilation qui rassemble des morceaux disséminés ici et là – parmi lesquels « Bouteille de Gaz » ou encore « Avec s’qu’on vit » – et qui rencontre un excellent succès d’estime.
2002. La Scred Connexion signe son premier album, « Du mal à se confier ». La mélancolie de Koma, les métaphores de Mokless, la sincérité de Morad et la rage de Haroun : cet opus permet d’entrer un peu plus dans l’univers de chacun des membres du collectif.
La même année, « Scred Selexion 2″ voit le jour. Un cocktail d’inédits et de classiques, sur lequel on retrouve Flynt, La Rumeur ou encore Rocé. La trilogie des « Scred Selexion » sera bouclée en 2006, avec un troisième volet consacré à Mokless et ses travaux en solo.

2008. Haroun livre son premier album, « Au front », qu’il produit intégralement via le label qu’il a fondé, Front Kick. Une structure qu’il développe désormais entre la France et la Suisse et qui collabore, entre autres, avec Aketo (membre du groupe Sniper).
2009. « Ni vu, ni connu », le deuxième album de la Scred Connexion, sort après des années de maturation. Un double-album, qui se saisit encore et toujours de sujets brûlants – crise économique, inégalités sociales, montée du racisme – et qui laisse une place importante à des artistes orginaires du 18e arrondissement (Barbès Clan, Aki, Krusty…).

2011. Mokless sort son premier album solo, « Le poids des mots ». Dans le premier extrait de l’opus, « On s’habitue à tout », on retrouve Olivier Besancenot, candidat LCR (Ligue communiste révolutionnaire) en 2002 et 2007 à la présidentielle. Deux ans plus tard, « Klessmo » s’associera à Guizmo et Despo Rutti pour un album commun, « Jamais 203″.
2012. Morad boucle la boucle des solos avec son projet, « Le survivant », qui comprend de nombreux featurings (Casey, Dino, Kacem Wapalek, C Sen notamment, en plus de la Scred Connexion). Un album très sensible, qui aborde des problématiques complexes, comme l’addiction aux drogues dures.
2014. La Scred Connexion continue d’écumer les salles de concert et de se diversifier. Après la « Scred Radio » (qui émet depuis le web), le collectif ouvre une Scred Boutique dans son fief du 18e arrondissement, avec l’ambition d’en faire un lieu de rencontre et d’échange pour tous les amateurs de rap français.
2015. Le site Internet fait peau neuve. Celui-ci n’a plus seulement vocation à être un outil de communication, mais un média d’information autour de tout ce qui touche, de près ou loin, au rap indépendant. Un Scred magazine en ligne et surtout, un moyen de plus pour faire passer « le message ».